Nessebar – Несебър

Bienvenue sur la mer Noire!

Nous attendions cette étape avec impatience et avons été accueillis par … la pluie! Ce qui ne nous a néanmoins pas empêchés de profiter de l’ancienne Messemvria communément appelée la perle de la mer Noire.

Erigée sur une presqu’île, Nessebar est classée au patrimoine culturel mondial de l’UNESCO depuis 1983.

On y accède par une route au bord de laquelle se trouve un ancien moulin. Si vous venez en voiture un grand parking (payant) est disponible à côté du port, l’île étant piétonne les options de stationnement sont limitées…

A la croisée des cultures, entre orient et occident, elle a su garder son charme et est très prisée des touristes.

Lorsque l’on franchi la porte de l’ancienne forteresse, on entre dans une citée dans laquelle chaque ruelle, chaque coin de rue, chaque bâtiment respire les milliers d’années qui ont fait son histoire.

Sveta Sofia

Comme de nombreuses villes bulgares, la péninsule refermant Nessebar a abrité diverses civilisations à travers les siècles. Fondée par les Traces à l’âge de bronze sous le nom de Melsambria, elle a ensuite accueilli les grecs dès le 6ème siècle avant J-C, puis les romains, les bulgares, les ottomans et enfin les bulgares à nouveau.

On retrouve sur cette presqu’ile rocheuse de 850 m de long sur 350 m de large un mélange culturel reflet de son histoire millénaire. Les ruines romaines et médiévales cottoyent les églises byzantines et bulgares mais également les maisons typiques des 18 et 19ième siècles.

Chaque coin de rue offre une nouvelle surprise et c’est ce qui fait la magie du site.

Nessebar est connue comme la ville aux 40 églises qui sont disséminées à travers la presqu’île au détour des ruelles pavées. Celles qui sont en bon état peuvent être visitées (payant) et il existe des billets combinés pour les visiter.

Sveti Stefan

Nous retiendrons principalement l’église Saint Stephane (Stevi Stefan) dont les fresques datant du XVIèeme siècle sont particulièrement bien conservées.

De nuit, une fois la horde de touristes partis, il se dégage une atmosphère différente où l’on ressent presque la vie passée et c’est absolument splendide.

Septembre est la saison idéale pour visiter Nessebar. Le grand rush touristique est terminé et les boutiques et restaurants sont encore ouverts, bien que quasiment déserts le soir.

Nous avons séjourné deux nuits dans une auberge trouvée via Air b-n-b (Chez Tony) et la tenancière Mima était absolument adorable! Je ne parle pas un mot de russe mais Romain l’a étudié et en plus d’être très utile pour déchiffrer les panneaux pendant notre séjour cela lui a permis d’échanger quelques mots avec notre hôtesse.

Je m’attendais à trouver des boutiques locales avec de l’artisanat et du savoir faire ancestral. Cependant la plupart des commerces sont des échoppes de vêtements et de souvenirs qui à priori plaisent aux touristes mais qui selon moi n’ont rien de très local et qui enlèvent du charme à l’ensemble.

Le musée archéologique de la ville est quant à lui particulièrement riche (et plutôt appréciable les jours de pluie). Il retrace l’histoire de Nessebar depuis ses origines (panneaux explicatifs majoritairement en bulgare) à travers différents objets archéologiques retrouvés dans la mer et aux alentours. On y retrouve de nombreuses statuettes, bijoux, pièces de monnaie et autres objets du quotidien. Au sous-sol une belle sélection d’icônes (pour ceux·elles qui apprécient) nous attend.

Le temps s’étant éclairci nous avons décidé de faire une longue balade le long de la mer noire et (enfin) mettre les pieds dans l’eau! Certaines personnes ont eu le courage de se baigner mais la mer était dangereuse et les baigneurs s’éloignants un peu trop de la côte se faisaient rapidement rappeler à l’ordre par les maitres nageurs.

Pourquoi la Mer Noire?

Nous nous sommes évidemment posés la question de l’origine de son nom mais n’avons pas trouvé de réponse claire… Il viendrait soit de la couleur sombre de la mer soit des ottomans qui utilisent cette couleur pour qualifier le nord.

Ayant grandi sur les bord de la mer du Nord c’était particulièrement revigorant de retrouver ces étendues de sable fin sur lesquelles on peut marcher sans fin pendant des heures.

La plage sur laquelle nous nous sommes promenés s’appelle Sunny beach, elle fait environ 9 km de long (de quoi faire une belle balade!). C’est la plus grande station balnéaire de Bulgarie et l’une des plus grandes d’Europe. Durant notre balade nous sommes passés devant une multitude de resorts, clubs de plages, bars et autres hotels. La majorité des lieux de fête étaient fermés (ou en cours de fermeture) car la saison touchait à sa fin, cela apportait une ambiance davantage propice aux familles et à la contemplation de la mer en elle même. Cependant au vu du nombre d’installations disponibles, en pleine saison cette plage doit être bien plus animée et festive!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.