Le Yoga au quotidien: les Niyamas

Est-ce que tu te souviens des Yama?

Il s’agit des codes éthiques issus de la philosophie du Yoga qui nous permettent d’harmoniser nos relations avec les autres. Si tu veux un petit refresh c’est par ici.

Et bien figure toi que le Yoga nous propose également des codes éthiques personnels et internes pour vivre une vie logique, spirituelle et pleine de sens. Ceux-ci s’appelle les Niyama

Yoga Sutra de Patanjali II.32

Niyama consists of purity, contentment, accepting but not causing pain, study of spiritual books and worship of God (self-surrender)

Les Niyamas se composent des 5 éléments suivants:

Saucha

La pureté

Purifier son corps, son mental et son environnement.

Peut-être que tu as déjà entendu parler des Kriyas de purification? Kriya signifie action en sanskrit. Les Kriyas de purification sont donc des actions que l’on met en place pour se purifier le corps et l’esprit. Le yogi dévots sont fans de ces techniques qui permettent une meilleure circulation énergétique (prana), une meilleure pratique des asanas et un accès facilité à la libération.

Il en existe de nombreuses sortes, personnellement je pratique régulièrement Nauli (automassage du ventre), Neti (nettoyage du nez à l’eau salée – la lampe d’Aladin) et Kapalabhati (pranayama de nettoyage du cerveau grâce à la respiration).  Pour ce qui est des techniques un peu moins conventionnelles pour nos esprits occidentaux, je ne m’y suis encore jamais aventurée! Mais un jour peut-être…

Souvent saucha se résume à tords, à ces techniques de nettoyage corporel (l’hygiène) mais c’est un peu peu plus que ça. Pratiquer saucha, c’est conserver uniquement ce qui nourrit notre essence, notre purusha, à tous les niveaux.

On maintient un corps, un esprit, une maison, un discours et des actions saines pour soi et pour l’autre et on se sépare du reste. Connaitre et apprécier son environnement. 

Par exemple chasser les émotions négatives de son mental sera bénéfique pour soi mais également pour les autres. Il ne faut pas oublier que la philosophie du yoga part du principe que tout est divin. En pratiquant saucha sur soi, cela apporte des bénéfices à l’ensemble de la création. 

Henry David Thoreau

Penser, c’est parler avec soi-même

Dans les Antisèches du bonheur, Jonathan parle de « sortir les poubelles mentales » pour libérer le mental. Peut-être que comme moi tu as aussi une petite voix dans ta tête qui parle beaucoup (et pourtant je ne suis vraiment pas bavarde, mais elle, quelle pipelette!). La technique qu’il propose est parfaite, selon moi, pour purifier le mental. A l’oral ou a l’écrit chaque jour, ou quand tu en ressens le besoin, prends un moment pour exprimer les pensées dans ta tête. Dis les simplement à voix haute, ou couche les sur le papier. Tu verras qu’elles sont beaucoup moins problématiques que tu ne le penses quand elles seront sorties à voix haute ou sur le papier. 

Sortir les poubelles mentales

Se parler à soi même, à l’écrit ou à l’oral pour démêler le méli-mélo interne du flot incessant de pensées.

Pistes de réflexion

  • Y-a-t-il des choses dans mon environnement qui m’éloignent de mon essence?
  • Ai-je tendance à ne pas prendre soin de mon corps?
  • Suis-je régulièrement envahi·e de pensées parasites?

Mantras

  • Je maintiens un esprit, un corps et un environnement sains
  • Je me sépare de ce qui m’éloigne de mon essence
  • Si j’en ai besoin, je mets en place des rituels de purification

Santosha

Le contentement

Dans cette société où l’on veut toujours plus cultiver le contentement semble à la fois essentiel et semble tellement  inaccessible et illusoire. Pourtant lorsqu’on est content·e, on est heureux·se. Non?

Mais c’est quoi être content·e?

Est-ce que c’est se détacher du monde et aller s’isoler dans un monastère?

Je ne pense pas que ce soit nécessairement lié à un renoncement. Le contentement c’est plutôt un choix.

Faire le choix de traverser les épreuves bonnes ou mauvaises, qui se présentent sur notre chemin. Faire le choix d’apaiser le coeur, le corps et l’esprit, en se détachant des choses sur lesquelles nous n’avons aucune action.

A travers le pouvoir du contentement, le bonheur devient un choix, nous devenons acteurs de notre propre bonheur.

Dr Ganesh Rao

Happiness is a matter of decision.

Satisfaction vs contentement? 

La satisfaction c’est simplement exhausser un souhait, un besoin, une envie. C’est assouvir quelque chose avec pour objectif – en arrière pensée – un sentiment futur. Le contentement c’est la satisfaction inconditionnelle. C’est accepter les choses telles qu’elles sont.

La satisfaction est une quête perpétuelle. Assouvir tel désir, nous amène à assouvir le suivant et ainsi de suite. Comme une boucle infernale. 

Cultiver l’amour inconditionnel, être satisfaite de ce qui se présente, semer la joie dans le coeur et reconnaitre que l’on a rien besoin d’autre c’est ça le contentement.

Une pratique que j’aime particulièrement pour cultiver la joie, et nourrir mon contentement, c’est la pratique des gratitudes. Mon amie Isabelle appelle ça le « kiffe du jour » et je suis sure que chacun·e a une autre manière d’appeler cette pratique! Pour ma part, le mot gratitude me convient bien. J’ai d’ailleurs pendant plusieurs années utilisé le Journal de vie. J’ai une manière un peu différente de fonctionner à présent mais je continue à cultiver la gratitude en reconnaissant simplement les choses positives. D’ailleurs lorsque je les partage avec d’autres personne, je leur en fait part et ça rend l’instant d’autant plus magiques. Prendre du plaisir à l’ici et maintenant.

Cultiver la joie au quotidien, nous permet de calmer la quête de l’éternelle envie de satisfaction. Peu à peu on apprend et on grandit suite aux évènement qui se présentent à nous. On apprend à être heureux·se en aimant ce que l’on vit.

Pistes de réflexion

  • As-tu tendance à te dévaloriser? 
  • As-tu tendance à en vouloir toujours plus? A vouloir être plus riche, plus intelligente, avoir davantage de réussite?
  • As-tu tendance à penser que c’était mieux hier, ou que ce sera mieux demain?

Mantras

  • Je cultive la paix
  • Je rends hommage à mes expériences de vie
  • Je libère mon mental de toute attente. 

Tapas

L’autodiscipline, la concentration avec austérité

En sanskrit tapas signifie plusieurs choses. 

Austérité ou littéralement chaleur, ce qui est mis dans le feu.

Contrôler notre feu intérieur pour maintenir un niveau de bien-être constant sans pour autant basculer dans une quête de l’égo. Canaliser notre énergie, physique, mentale et émotionnelle pour éviter de nous éloigner de la voie du yoga. 

Dr Ganesh Rao

Whatever I decide, I can do

En cultivant tapas, on renforce notre volonté de manière intelligente. Notamment en évitant de gaspiller notre énergie avec des choses inutiles et futiles.

Personne ne te demande de pratiquer les asanas tous les matins pendant 2 heures au lever du soleil. Sauf si c’est ce qui te fait du bien, dans ce cas alors évidemment go for it!

Pratiquer tapas pour moi c’est plutôt s’inscrire dans une discipline simple. On fait des petits pas chaque jour, en apprenant notamment à gérer les distractions, qui sont bien nombreuses dans notre monde actuel! 

Surmonter son manque de motivation pour venir sur le tapis c’est une forme de tapas. Mais attention si cette action devient une quête de l’égo alors on bascule dans l’extrême inverse. C’est toujours une question de mesure, trouver et conserver l’équilibre entre la discipline et la dévotion .

Il y a d’innombrables manière de cultive l’autodiscipline, se dédier à quelque chose et s’y tenir.  Peut-être que pour toi ce sera de limiter ta consommation de viande. Peut-être que ce sera de pratiquer la parole impeccable. Peut-être que ce sera de dérouler ton tapis 2 fois par semaine Peut-être que ce sera de faire des marches silencieuses en forêt le week end.

Pour moi c’est de m’accorder minimum 10 minutes par jour pour méditer de manière consciente. Et pour toi c’est quoi?

Pistes de réflexion

  • Quand je me force à pratiquer tous les jours, qui est ce que je satisfais? mon égo ou mon essence?
  • Est-ce que j’abandonne à chaque fois que je manque de motivation?
  • Est-ce que j’ai tendance à disperser mon énergie dans tous les sens?

Mantras

  • Le feu à l’intérieur de moi est mon moteur, il me permet de m’améliorer chaque jour 
  • Je trouve l’équilibre entre discipline et dévotion
  • Je renforce ma volonté et cultive une discipline simple 

Svhadyaya

Etudier et s’étudier

Etudier les textes sacrés du yoga pour nous confronter à nous-même.

Ces textes, notamment les Yoga Sutra – le seul vrai recueil de philosophie – nous transmettent l’essence du yoga.

Ce niyama parait énorme, presque insurmontable exprimé de la sorte. Mais finalement en accordant de l’importance à ce qui se passe en nous on grandit, on s’élève. 

Observer les sensations, les émotions, les pensées qui nous traversent. Les accueillir avec bienveillance, sans jugement. Et avec douceur et compassion, le moment venu, je laisse partir ce qui doit partir et je nourri ce qui doit être nourri.

Je m’explore. Je m’étudie. Je vais au fond des choses. Je suis curieuse. J’apprends qu’en m’observant et en me connaissant je connais également le tout. Je mets en pratique ce que j’apprends dans les textes ancestraux. 

Si j’ai besoin de passer par des techniques de développement personnel, je choisis l’outils qui me convient le mieux pour apprendre à ma connaitre. 

Comme pour tout ce qui touche au yoga, il ne s’agit aucunement d’une compétition. La compétition entraine l’activation de l’ego! Hors ici on se place plutôt en situation d’observateur. On apprend à s’étudier soi-même comme on étudierai les maths, le français, la danse ou les arts. 

Et comme ce n’est pas une compétition 

Il n’y a pas de rush, ni de timeline

Chacun sa route, chacun son chemin … passe le message à ton voisin! 

J’aime beaucoup utiliser la méditation Vipassana pour scanner mon corps physique et apprendre à mettre des mots sur ce que je ressens. 

Et toi qu’est-ce que tu utilises comme technique?

Pistes de réflexion

  • Est-ce que j’ai tendance à étouffer mes émotions lorsque je les trouves trop intenses?
  • Est-ce que j’ai tendance à avoir des douleurs physiques que j’ignore complètement?
  • Quelles sont les manifestations physiques de mes émotions? (douleurs, picotements, sensation d’étouffement) 

Mantras

  • J’observe mes actions et m’interroge avec curiosité et non jugement
  • Je grandis chaque jour en apprenant à me connaitre
  • Je reconnais lorsque j’agis en harmonie avec mon essence

Ishvara pranidhana

La dévotion à un principe supérieur

S’abandonner pour mieux se retrouver

En sanskrit, Ishvara fait référence à la conscience omniprésente (que tu peux aussi appeler le divin, dieu, Vie, univers etc.) . Et pranidhana signifie“s’abandonner”.

Accepter d’abandonner son identité pour réaliser que le divin est en soi.

Lorsque l’on réalise que nous sommes divines, le Yoga est atteint. 

Dr Ganesh Rao

Surrender yourself totally.
To a family member, a company, a friend, a lover.
The lesser you feel the « I » in you, the more you can surrender

Ça peut sembler un peu abstrait. Et pourtant ça implique simplement de reconnaitre la part de divin qu’il y a en nous.

Dans nos cultures occidentales, quand on parle de divin, de sacré, de rituels, de dieu… Souvent on pense soit à la religion soit à des espèces de hippies new-âge complètement perchés. 

Pourtant dans ses Yoga Sutra, Patanjali ne fait nullement mention de religion. Il parle de Dieu comme expression du divin pas comme une religion. Il mentionne que le divin, le sacré, l’univers (peut importe comment tu le nomme) est en chacune d’entre nous. Il nous invite à prendre conscience que tout est connecté. En cultivant cette connexion à soi et donc au divin, on se positionne sur le chemin de l’élévation spirituelle. 

Il n’est pas nécessaire de croire en Dieu pour croire au divin.

D’ailleurs quelques soient tes pratiques rituelles, qu’elles soient ou non en lien avec une religion ce sont des outils pour te détacher du « je » et t’abandonner. 

Prières
Mantras
Kirtan
Bijoux
Mouvements

Chaque chose nous permettant de nous connecter à notre essence nous permet de nous connecter à l’univers. En étant connecté à soi on est connecté avec le tout.

Lorsque tu médites, observe les pensées et les désirs qui te traversent. Au lieu de te concentrer dessus, concentre toi plutôt sur le centre de ton être et ressens le calme intérieur. 

Pistes de réflexion

  • Est-ce que ça t’es déjà arrivé de t’abonner complètement à quelqu’un ou à quelque chose? Qu’est ce que tu as ressenti à ce moment là?
  • Lorsque des pensées traversent ton esprit, as-tu déjà essayé de te recentrer? De concentrer ton énergie sur ton essence?
  • Quelles sont tes pratiques rituelles habituelles qui te permettent de te connecter à cette part divine de ton être?

Mantras

  • Je me dédie à quelque chose de plus grand que moi, je vis une vie en harmonie pour moi et pour les autres
  • Je pratique le yoga dans l’Union
  • Le divin est en chacune d’entre nous, j’honore cette énergie qui me transcende.

Yoga Sutra de Patanjali II.31

These great vows are universal, not limited by class, place, time or circumstance.

Les Niyamas sont-ils toujours d’actualité?

Bien que le monde soit en constante évolution et que la philosophie du yoga soit très ancienne, pour moi,  elle fait plus que jamais sens.

Pratiquer les niyama, c’est suivre un chemin de vie vers la transformation personnelle et l’élévation spirituelle. Je suis intimement convaincue que nous faisons partie d’un tout et que l’élévation des consciences en est chemin.

Connaitre la philosophie du yoga à travers les livres et les textes sacrés c’est une chose. Les mettre en pratique, les adapter à son quotidien c’en est une autre! Et ça commence par des petits pas, baby steps always.  

Toujours faire de son mieux ici et maintenant. 

C’est okay de dévier, c’est okay d’avoir peur, c’est okay de ne pas être parfait·e. Le tout c’est de s’en rendre compte, et lorsqu’on s’en rend compte, qu’on sort du groove avec bienveillance et compassion envers nous même retrouver ce chemin.

Comme le chante Fia :

« The world is a wild and beautiful place
We are constantly evolving as such a human race
I truly believe this is a time for greatness
Everyone is invited to embody their light
Living life as love and shining bright
The shackles of fear breaking once and for all».

La vie est faite de cycle et c’est normal que selon les cycles certaines choses résonnent plus que d’autres. Tant que l’on reste en harmonie avec soi-même et  avec les autres c’est que l’on est exactement ou l’on doit être. Parfois l’équilibre change, on doit s’y adapter et c’est okay. 

J’aime beaucoup ce texte d’Ana Yanna mis en musique par Adrian Ström:

« Nous sommes reliés aux saisons
En hiver l'arbre se découvre
Et nous on se couvre et on s'enferme
Un cycle, un rite, un rythme bien orchestré
Après l'automne vient l’hiver
Après l'hiver vient le printemps
Bientôt les saisons vont changer d'allure
Elles vont se décaler, se superposer, s'effacer
Les humains changeront de façon d'faire
Ils vont se déployer, s'écouter, oser
Ils écouteront leurs rêves
Comme un arbre en hiver, au début il n'y aura pas de feuilles
Elles naîtront grâce à la force de la nature
À la force de leur nature
Nous sommes à quelques pas de prendre les choses en main
Changer sa vie par ses propres moyens, ses propres désirs
Parfois l'humain commence à s'écouter
Quand il ne reste plus que quelques branches autour de lui
Alors que nous avons besoin de feuilles vertes dans notre vie
Alors essayez, désirez, rêvez 
Plantez les graines de l'audace et du courage au pied de votre arbre 
Pour y mettre des couleurs" 

En intégrant les Niyamas (et les Yamas par la même occasion: les principes envers les autres) à son quotidien on se rapproche de sa véritable nature. On se permet de vivre une vie davantage alignée avec ce qui nous entoure.

Ecouter cette guidante intérieure, nous amène à tendre vers une croissance personnelle, émotionnelle, physique et spirituelles. Le but ultime étant de ne fait plus qu’un avec l’Univers, le Divin, quelque soit le nom que l’on donne à cette force plus grande que nous.

Sources et inspirations:

  • Embrace yoga’s roots courageous ways to deepen your yoga practice – Susanna Barkataki
  • Le Yoga pour les nuls – Georg Feuerstein et Larry Payne
  • The Yoga sutras of Patanjali – Translation and commentary by Sri Swami Satchidananda
  • All Yoga teacher training
  • Sushmuna Teacher training
  • Ashtanga Yoga – David Swenson
  • Les antisèches du bonheur – Jonathan Lehmann

Photo de Prasanth Inturi provenant de Pexels

Julie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top